Les dons philanthropiques simplifiés et suivi des marchés

Paradmin

Les dons philanthropiques simplifiés et suivi des marchés

Les dons philanthropiques simplifiés

La compagnie de fonds Mackenzie offre un programme philanthropique pour vous permettre de simplifier vos dons philanthropiques.

Le Fonds philanthropique Mackenzie est offert par l’intermédiaire de la Fondation de philanthropie stratégique, une société de bienfaisance sans but lucratif. Comme pour tout organisme de bienfaisance enregistré, les dons sont irrévocables. Le donateur conserve cependant le droit de formuler des recommandations à l’égard des œuvres caritatives qui bénéficieront des subventions annuelles et de nommer les successeurs qui formuleront des recommandations à leur place, ce qui explique pourquoi le programme est considéré comme étant un « fonds à vocation arrêtée par le donateur. »

Comment fonctionnent les dons caritatifs?

Le fonctionne est très simple et comporte 5 étapes :

  1. Un compte est établi moyennant un don initial d’au moins 10 000 $ en espèces, actions, obligations, fonds communs ou polices d’assurance – donnant droit à un reçu aux fins de l’impôt.
  2. Le donateur attribue un nom au compte. Chaque fois qu’une subvention est envoyée à une œuvre caritative, le nom du fonds sera cité comme la source du don. Le donateur peut également choisir de faire un don anonyme.
  3. Le compte est administré au sein de la Fondation de philanthropie stratégique.
  4. Les dons sont investis dans un placement prudent sélectionné par le donateur, à titre de mandataire de la Fondation de philanthropie stratégique, et gérés par Placements Mackenzie.
  5. Le donateur choisit un taux de don annuel allant de 4 à 100 %.

Fiscalement avantageux

Vous recevez immédiatement un reçu aux fins de l’impôt pour votre don. Aucun gain en capital n’est imposé sur les dons d’actions et de fonds communs à valeur accrue cotés en bourse. Vous pouvez mettre à profit vos crédits d’impôt pour l’année courante ou au cours des cinq années suivantes.

N’hésitez pas à nous contacter si cette façon de faire des dons vous intéresse.

Suivi des marchés

États-Unis

Les craintes liées au nouveau variant, Omicron et au resserrement de la politique monétaire américaine ont eu un effet négatif sur les actions pour une deuxième semaine consécutive, et les principaux indices boursiers américains ont chuté entre 1,22% et 3,86% (le Russell 2000 étant le pire à -3,86%). Au cours des deux dernières semaines, le S&P500 a chuté de 3,4%.

L’indice de la peur; le VIX a bondi encore une fois vendredi pour atteindre le plus haut niveau intra journalier en plus de 10 mois. En effet, l’indice de volatilité a grimpé jusqu’à 35 en après-midi vendredi, prolongeant une récente flambée qui remonte à l’émergence du variant, Omicron à la fin novembre. Voici ci-dessous un petit rappel d’un tableau présenté dans mon infolettre de la semaine dernière (semaine du 29 novembre).

Voici comment le S&P500 réagi à la suite d’une hausse quotidienne de plus de 40,7% au sein du VIX :

Politique monétaire américaine : Le témoignage au Congrès mardi du président de la Fed, Jerome Powell, a causé une chute au sein des marchés boursiers puisqu’il a mentionné que la banque centrale était de plus en plus préoccupée par la persistance de l’inflation. De plus, ce dernier a suggéré que la Fed pourrait essayer de contenir l’inflation en accélérant la réduction de son programme d’achat d’obligations. Les probabilités quant à une hausse de taux dès le mois de mai 2022 ont donc augmenté à 50% (voir ci-dessous).

Marché du travail : L’économie américaine a créé 210 000 nouveaux emplois en novembre, bien en deçà des prévisions consensuelles des économistes. Cependant, le taux de chômage a fortement chuté, passant de 4,6% à 4,2%, et le taux de participation au marché du travail a augmenté à 61,8%.

Novembre en bref : Lors du mois de novembre, les principaux indices boursiers américains ont connu un recul, en grande partie en raison d’une baisse au cours des derniers jours du mois. Voici le sommaire des rendements au 30 novembre 2021 ci-bas.

Canada

Au Canada, l’indice boursier S&P/TSX a enregistré une baisse de 2,33% alors que les investisseurs demeuraient prudents en raison des nouvelles craintes face à l’arrivée du variant, Omicron.


Au niveau économique, 153 700 nouveaux emplois ont été créés en novembre dépassant de loin les attentes du marché (35 000). Les gains au sein du marché du travail canadien reflètent un grand nombre de personnes sortant des rangs du chômage, une évolution qui coïncider avec la décision du gouvernement fédéral canadien de mettre fin à son programme de soutien pour les particuliers en octobre. Par ailleurs, la part des personnes en recherche active d’emploi a atteint 30% en octobre, contre 25% en septembre, selon le site d’offres d’emploi Indeed Canada.

Finalement, grâce à ce gain au sein du marché du travail, les marchés boursiers anticipent maintenant cinq hausses de taux d’intérêt de la Banque du Canada l’an prochain (le taux obligataire Canadien 2 ans est désormais à 1,01%).

Économies européennes et asiatiques :

En Europe, les actions ont affiché des résultats mitigés après une semaine volatile en raison des inquiétudes concernant au nouveau variant et des pressions inflationnistes.

En ce qui concerne la Covid, des cas du variant Omicron ont été détectés partout en Europe. En effet, une nouvelle vague d’infections liée à la Covid (voir image ci-dessous) a incité l’Allemagne à resserrer ses restrictions sur les personnes non vaccinées. Une loi sur la vaccination obligatoire pourrait d’ailleurs être soumise au Parlement pour une mise en œuvre dès février ou mars prochain.

Au niveau économique, l’inflation de la zone euro a atteint son plus haut niveau depuis l’introduction de l’euro en 1999. En effet, les prix à la consommation ont augmenté de 4,9% en novembre (rythme annualisé) comparativement à 4,1% en octobre, en raison de la flambée des coûts de l’énergie.

D’autre part, en Allemagne, l’inflation annuelle a grimpé à 6%, le niveau le plus élevé depuis 1992!

Toujours en Europe, la confiance des consommateurs s’est affaiblie pour un deuxième mois consécutif en novembre, selon une enquête de la Commission européenne (voir ci-dessous). Les ménages sont moins optimistes quant à la situation économique générale et à leurs intentions d’achats importants.

En Chine, le Shanghai Composite a progressé de 122 points de base malgré une recrudescence des tensions américano-chinoises.

Dans l’actualité économique chinoise, l’activité manufacturière a augmenté de manière inattendue en novembre pour la première fois en trois mois alors que la flambée des prix des matières premières et rationnement de l’électricité se sont atténués. L’indice officiel des directeurs d’achat (PMI) manufacturier est passé à 50,1 en novembre versus 49,2 en octobre. Il s’agit d’une nouvelle positive pour l’économie chinoise puisque les données supérieures à 50 indiquent une expansion, tandis que celles inférieures à 50 indiquent une contraction.

Cependant, l’activité dans le secteur des services en Chine a progressé à un rythme plus lent en novembre en raison du contexte de pressions inflationnistes croissantes et de la persistance de la pandémie. L’indice PMI des services calculé par Caixin/Markit est tombé à 52,1 en novembre, versus 53,8 en octobre. Selon plusieurs analystes, le secteur des services  est plus lent à se remettre de la pandémie que le secteur manufacturier puisqu’il est plus vulnérable à la présence de la Covid et aux mesures de restrictions mises en place.

À propos de l’auteur

admin administrator